Home › Questions Les Plus Fréquemment Posées

Questions les plus fréquemment posées

Pourquoi n’y a-t-il pas de données sur la Guinée équatoriale ?

Du fait de la situation politique en Guinée équatoriale, RFUK et ses partenaires n’ont pas développé de projets de cartographie participative dans ce pays.

Pourquoi y a-t-il une « zone d’utilisation » de 5 km autour des zones évaluées ?

Les couches des zones évaluées comprennent une « zone d’utilisation » probable de 5km, calculée à partir de données recueillies dans les zones les plus éloignées.  Ceci est due au fait que les habitants couvrent habituellement plus de 5 km pendant une journée  à la chasse, à la pêche ou à la  cueillette. La zone d’utilisation n’est qu’indicative mais elle montre le niveau d’utilisation probable des zones forestières. Basée sur les emplacements connus des camps forestiers et la nature dynamique de l’utilisation forestière dans ces zones, elle vise à promouvoir la prise de décisions informées concernant les allocations de l'utilisation des terres et l’aménagement forestier. 

Comment souhaitons-nous utiliser l'information contenu dans MappingForRights?

Notre intention est que l'information contenu dans MappingForRights puisse servir à éclairer les débats politiques et juridiques, y compris sur les questions foncières, ainsi que les programmes de zonage et de planification  forestière dans le bassin du Congo et au-delà. La planification forestière s’est jusqu'à présent fortement appuyée sur les données de télédétection (utilisant l'image satellitaire), sans suffisamment utiliser les données montrant l’occupation des terres par les communautés et leur utilisation des forêts. Cela a souvent conduit à des décisions insuffisamment informées et à des processus de décision mal planifiés, et finalement, à des conflits sur le foncier et sur les ressources.

Nous avons pour intention d’utiliser principalement  les données de MappingForRrights, pour démontrer la présence des communautés forestières locales et autochtones dans les forêts et aider les acteurs intervenant dans ces forêts à prendre en compte les données y relatives dans les processus d’allocation et de gestion des terres. Les recherches menées ces dernières années dans le monde ont montré clairement que la sécurisation des droits traditionnels des communautés sur les terres et les ressources de leur terroir est l'un des moyens les plus efficaces de maintien de la biodiversité, de réduction de la déforestation et de réduction de la pauvreté dans les communautés rurales. Plus précisément, les cartes participatives ont été utilisées  de façons novatrices, notamment en soutenant la création de forêts gérées par ou avec les communautés, permettant la participation des communautés dans la gestion des aires protégées et par l'atténuation ou l'arrêt des projets d'infrastructure potentiellement néfastes pour les communautés forestières et bien d’autres applications intéressantes. 

Quels sont vos plans concernant la base de données MappingForRights?

Jusqu’en novembre 2011, nous avons soutenu plus de 300 communautés à produire des cartes géo-référencées de leurs terres et des ressources qu’elles utilisent, couvrant plus de 2 millions d'hectares de forêt. Notre objectif est d’aider autant de communautés que possible à générer des données géoréférencées des terres et forêts qu’elles occupent  par l'extension du travail de cartographie participative. Nous aimerions également inclure des données provenant d'autres organisations qui ont aidé des communautés à produire des cartes  en suivant des méthodologies similaires. Tout ceci aidera à construire une meilleure image de l'étendue de l'occupation et de l'utilisation communautaire des forêts et aidera ainsi à la prise de décisions dans les processus de planification locaux, nationaux et régionaux.

Pourquoi ne puis-je pas accéder à toutes les données de la base de données?

Toutes les données communautaires contenues dans cette base de données doivent être considérées comme la propriété intellectuelle des communautés concernées. Ellel peut contenir  des informations géographiques sensibles dont les communautés peuvent ne pas vouloir partager avec certaines parties. À ce titre, certaines données peuvent être retenues à la demande des communautés concernées, ou à la discrétion de la Rainforest Foundation UK. Différents niveaux d'accès à la base de données sont conçus pour veiller à ce que, l'intégrité de la propriété intellectuelle des données soit conservée, et qu'elles soient utilisées pour le bénéfice des communautés impliquées dans sa production.

Quelles sont les sources des données des informations contenues dans la base de données? 

A ce jour, la base de données MappingForRights se compose de données produites par les communautés,  avec le soutien de la Rainforest Foundation UK et nos organisations partenaires, des données produites par des communautés avec le soutien d’autres organisations en collaboration avec nos organisations partenaires. Des couches d'information (notamment celles concernant les concessions forestières, les aires protégées et autres données de bases) sont utilisées avec la permission d'autres sources, notamment le World Resources Institute. Pour plus d'informations à ce sujet, voir la page concernant les « sources des données ».

Quelle est la précision des données?

Les données cartographiques communautaires sont principalement recueillies à l'aide de la technologie GPS avec une précision comprise entre 5 à 10 mètres. Notez que l'utilisation des terres par les communautés, ainsi que par d’autres acteurs n'est pas toujours statique et peut changer au fil du temps. Les données peuvent donc être sujettes à changement, et quelques-unes des activités enregistrées dans les cartes sont, de par leur nature, transitoires, et peuvent être sujettes à des changements cycliques. Pour plus d'informations sur l'exactitude des couches de base contenues dans  la base de données MappingForRights, merci de  vous référer aux sources spécifiques de ces données, disponibles sur la page « sources des données ».

Puis-je contribuer à MappingForRights?

En principe, oui. Nous saluons les contributions pertinentes de données géo-référencées ou toute autre information en rapport avec la planification et la prise de décisions concernant les forêts et les communautés forestières, et nous restons ouverts aux idées de collaborations potentielles pour travailler pour une gestion plus durable et plus équitable des terres et des ressources forestières. Cette plate-forme a été construite avec le logiciel Open Source qui permet d’élargir et d’adapter la base de données afin d'inclure de nouvelles données qui appuient cet objectif.

RFUK ne soutient pas les exercices de cartographie qui ont été réalisés sans prendre en compte les intérêts des communautés concernées, et qui peuvent déformer la véritable étendue de la tenure des terres communautaires ou de l'utilisation des ressources, ce qui risque de marginaliser encore davantage ou de saper les droits réels ou revendiqués des communautés. Pour plus d'informations sur la façon de contribuer à la base de données, merci de nous contactez-nous à l’adresse  MappingForRights@rainforestuk.org ou au +44 (0) 20 7485 0193.

Avez-vous engagé des discussions avec les gouvernements sur le contenu de la base de données?

Oui. Nous avons entrepris la cartographie participative dans cinq pays du Bassin du Congo sur une période de plusieurs années. Les trois dernières années de notre travail en particulier, ont vu une participation systématique des représentants des gouvernements de la RCA, de la République du Congo et du Gabon. En RCA par exemple, les cartes que nous avons produites, et qui sont contenues dans la base de données, ont déjà été utilisées dans les processus politiques et des discussions officielles avec le gouvernement sur la mise en œuvre du Code forestier (en particulier dans le domaine des forêts communautaires), et autour de la gestion des aires protégées.

Au cours des trois dernières années, nous avions pour objectif de faciliter un plus grand engagement des gouvernements en incluant le personnel et les techniciens du gouvernement  dans les formations sur l'utilisation des SIG et sur les méthodologies participatives pour travailler avec les communautés, et en les impliquant  dans les dialogues avec les communautés concernées. Nous visons à poursuivre cette approche de travail  avec les gouvernements dans le futur.

Comment prévoyez-vous collaborer d’avantage avec les gouvernements?

Nous considérons un engagement constructif avec les gouvernements comme un élément crucial pour assurer que les communautés forestières sont reconnues pour leur rôle essentiel dans la protection des forêts, et ainsi leur accorder des droits appropriés. Il est important qu'ils soient impliqués à chaque étape du processus de cartographie participative, afin que le dialogue sur les questions touchant les communautés forestières soit éclairé par les initiatives de cartographie. Par exemple, en République Centrafricaine, la cartographie participative peut informer la mise en œuvre de la Convention 169 de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) sur les droits des peuples autochtones, adoptée par le gouvernement, en particulier s’agissant des questions relatives aux terres et aux ressources.


La cartographie participative a un certain nombre de domaines d’application concernant le développement de la politique forestière, par exemple dans les processus de zonage nationaux et dans la mise en œuvre et le suivi des projets REDD. Nous souhaitons travailler avec les gouvernements concernés afin de s'assurer que les données contenues dans la base de données sont utilisées pour  les processus de zonage qui prendront en compte les intérêts des communautés forestières.

Pour d'autres questions, n'hésitez pas ànous contacter à l’adresse MappingForRights@rainforestuk.org ou au +44 (0) 20 7485 0193.

Qui a été impliqué dans la mise en place MappingForRights et dans la collecte des informations ?

Le site web et la base de données MappingForRights  ont été développés en collaboration avec les deux organismes suivants:

Site Web - oil Internet Ltd, http://www.oilinternet.com/

Base de données – Lutra Consulting Royaume-Uni, http://www.lutra.co.uk/

© Rainforest Foundation UK