We use cookies to give you the best possible experience on our site. Click here to find out more. Allow cookies
x

Multi-media Resources

NDIMA - Mapping our Future
NDIMA - Les Cartes de Notre Future

Afin de sensibiliser le public aux problèmes rencontrés par les communautés autochtones des forêts du bassin du Congo, la RFUK et MEFP ont produit un film  intitulé « Ndima – Les cartes de notre futur ». « Ndima », qui signifie « forêt » en Bayaka, raconte la manière dont les communautés autochtones BaAka de la RCA ont utilisé la cartographie pour appuyer leurs revendications relatives à l’accès et à l’utilisation de leurs terres traditionnelles. Le film met en évidence ces enjeux dans le cas d’une aire protégée.

View video

Interview with Leonard Odambo
Interview with Leonard Odambo

Leonard Odambo, head of leading Gabonese indigenous peoples organisation MINAPYGA, talks about how participatory mapping is helping marginalised indigenous peoples to produce evidence of their traditional lands and resources in order to effectively engage in debates about how the forest should be managed.


View video

Les défis de la sécurisation des droits aux terres des peuples autochtones dans le bassin du Congo - Jerome Lewis, UCL
Les défis de la sécurisation des droits aux terres des peuples autochtones dans le bassin du Congo - Jerome Lewis, UCL

Les chasseurs-cueilleurs, ou peuples autochtones, du bassin du Congo ont une perception unique de l’utilisation de la terre. Leurs systèmes visent à garantir l’abondance des ressources forestières et leur distribution égalitaire entre tous les habitants de ces forêts. Dr. Jerome Lewis, Professeur d’Anthropologie à University College London (UCL), parle sur la nécessité de prendre cette vision en compte pour sécuriser les droits des peuples autochtones à la terre dont ils dépendent et qu’ils ont protégée depuis des siècles. 

View video

« Nous allons vivre comme des oiseaux... nulle part où poser les pieds » - Au Cameroun, la pression augmente sur les forêts et les peuples autochtones

Jeanne Noah, leader Bagyeli du Cameroun, explique les difficultés que connait sa communauté pour accéder à ses terres ancestrales du fait de la présence d’une plantation agro-industrielle. De plus, explique Jeanne, les communautés bantoues voisines se considèrent propriétaires de la petite zone de forêt qui n’est pas déjà contrôlée par la compagnie. Au fur et à mesure que l’accès des Bagyeli à la forêt – leur « maison » et leur moyen de subsistance – est empêché, elle se demande : «Comment allons-nous faire pour vivre ? Et que sera l’avenir de nos enfants ? ».

 



View video

© Rainforest Foundation UK