Home › Gabon
Gabon
Tropical forest zone Logging concessions Mining permits National parks and protected areas Management of natural resources
Droits aux terres et aux ressources Libreville Pongara Minkebé West Ivindo Ikobé Se connecter a voir les données géoréférencées communauté

Aperçu Gabon

Superficie : 267 670 km2

Surface de forêts : 17 à 22 millions d'hectares

Population : 1,4 million

Capitale : Libreville

A cheval sur l'équateur, le Gabon possède la deuxième plus importante superficie de forêt humide du Bassin du Congo avec 22 millions d'hectares selon les estimations du gouvernement, soit 85 % de la surface totale du pays. Ces forêts bénéficient de l'une des plus importantes biodiversités d'Afrique avec d'importantes populations d'espèces en danger telles que gorilles, chimpanzés et éléphants des forêts, ainsi que plus de 6 000 espèces de plantes, dont 20 % sont endémiques aux forêts du Gabon. Une population rurale d'environ 400 000 habitants lui donne une densité relativement faible, mais elle compte une diversité ethnique considérable avec 43 groupes distincts dont sept autochtones, couramment appelés « Pygmées » : les Babongo, Bakoya, Baka, Barima, Bagama, Bakouyi et Akoa, dont on estime le nombre total à 30,000.

De très nombreuses activités de subsistance, mais aussi culturelles et spirituelles, en particulier dans le cas des autochtones, sont inextricablement liées à la forêt. D'après le Plan de développement des peuples indigènes (PDPI) préparé par le gouvernement gabonais, la chasse, la pêche et la cueillette représentent plus de 65 % des moyens de subsistance des autochtones. Un bon nombre de ces groupes a toujours une vie semi-nomadique et passe des périodes importantes dans la forêt, couvrant de grandes distances pour subvenir à leurs besoins. Ces déplacements suivent souvent des changements saisonniers, les groupes occupant un réseau de camps forestiers pendant de deux jours à trois mois ou plus. Une grande partie des forêts gabonaises fait l'objet de réclamations liées à des titres fonciers coutumiers de longue date, mais qui ne sont toujours pas reconnues.

 

Droits aux terres et aux ressources

En 2002, alors que les réserves de pétrole, qui pendant des années avaient été la principale source de revenus du pays, commençaient à s'épuiser, le Gabon a mis en place un programme de réformes (Programme Sectoriel Forêts et Environnement, PSFE) destiné à exploiter ses autres considérables ressources minérales et forestières. Dix ans plus tard, le Gabon est le plus important producteur de bois de la région, avec 10 millions d'hectares de concessions, soit environ 40 % de la superficie du pays. Treize parcs nationaux couvrant un peu plus de 11 % de celle-ci ont été créés en 2002 afin de préserver les écosystèmes et de promouvoir le tourisme.

Cependant, l'intérêt de cette réforme pour la promotion des communautés rurales comme pour le développement de l'économie locale n'apparait pas encore clairement. Si le secteur de l'exploitation du bois a entraîné des investissements et la production de richesses considérables, la plupart des communautés rurales sont restées pauvres et n'ont pas accès aux services sociaux de base. En outre, les mesures spécifiées dans le PSFE pour les forêts communautaires, le zonage participatif et le Plan de développement des peuples indigènes (PDPI), entre autres, n'ont pas encore été appliquées, laissant souvent les communautés forestières en compétition avec des groupes et intérêts extérieurs pour leurs terres et ressources traditionnelles. Dans la plupart des cas, des concessions forestières et minières ont été accordées et des parcs nationaux créés sans consultation publique, et ils n’ont toujours pas de plans de gestion ni de précautions adéquates pour protéger les droits et répondre aux besoins des populations autochtones. De nombreux groupes autochtones ont été forcés de mener une existence plus sédentaire, souvent à la périphérie de villages bantous. Ils y sont souvent stigmatisés et exploités et leurs droits fonciers ne sont pas respectés.

Depuis son arrivée au pouvoir en 2009 à la mort de son père, président du Gabon pendant 42 ans, le Président Ali Bongo Ondimba a développé des projets ambitieux pour le pays axés sur le principe de « Gabon émergent ».  Il a élaboré une nouvelle stratégie de développement durable en vue de promouvoir une économie ‘verte’, en proposant entre autres la création d’un marché du carbone domestique. Cette stratégie est soutenue par le développement d’un nouveau plan d'aménagement du territoire qui circonscrira les zones réservées à l'agriculture, à la foresterie, au développement urbain ou à la conservation. Si ce plan vise à encourager les investissements étrangers directs et la prise de décisions stratégiques, on ne sait pas dans quelle mesure les titres fonciers et l’utilisation de ressources coutumières seront pris en compte, et le rôle que la population rurale jouera dans le « Gabon émergent » n’a pas été clairement défini. Il existe déjà des préoccupations au sujet des plans pour établir de grandes plantations d'huile de palme qui pourraient conduire à des impacts négatifs sociaux et environnementaux. 

Le Gabon participe également à des négociations en vue de conclure un accord de partenariat volontaire avec la Commission européenne dans le cadre de l’initiative FLEGT, mais elles ont été longtemps suspendues. De plus le gouvernement a été critiqué pour l’exclusion d’organisations de la société civile et un désintérêt pour les questions autochtones. 



Partenaires et approche

Notre partenaire principal au Gabon est l’ONG Brainforest. Basée dans la capitale Libreville et dirigée par le gagnant du Prix Goldman pour l'Environnement Marc Ona, sa mission est d'informer et d’accompagner les acteurs locaux en vue d'une gestion équitable et durable des ressources naturelles. Nous collaborons également avec d’autres organisations autochtones telles que les Minorités Autochtones Pygmées du Gabon (MINAPYGA) et l’Association Edzengui, basée à Minvoul à l'extrême nord du pays.

Le premier exercice de cartographie et de recherche participative au Gabon a été organisé en 2009. Il a aidé les communautés du parc national d’Ivindo à cartographier leurs terres afin de stopper la construction d’un barrage hydroélectrique qui allait alimenter la mine de Belinga, le deuxième plus grand gisement de fer au monde.  Si le barrage avait été entièrement construit, il aurait inondé de vastes zones de forêt. Dès lors, les travaux de cartographie participative ont progressé pour couvrir quatre régions (Minkebé, Ivindo, Pongara and Ikobé). Ils offrent un soutien aux 68 cartographes de 34 communautés, leur permettant de produire des cartes géo-référencées de leurs terres et ressources. Ce processus a été réalisé avec l’appui de 38 facilitateurs, y compris des techniciens en SIG de la société civile et des organisations gouvernementales qui ont été formés dans le cadre du programme. Ces derniers disposent d’un laboratoire de cartographie spécialisé pour les aider à documenter avec précision les droits fonciers coutumiers et l’utilisation communautaire des ressources. 

Le projet au Gabon se concentre sur le renforcement des droits communautaires dans les plans de gestion des parcs nationaux. Des équipes de juristes communautaires qui sont basés au sein des communautés rurales fournissent un appui continu aux communautés. Ils les aident à utiliser les cartes pour défendre leurs terres traditionnelles qui se situent au sein ou aux limites des parcs nationaux et pour renforcer leurs demandes de cogestion de ces zones – inscrit dans les plans de gestion en cours d’élaboration.  Brainforest adopte cette approche ascendante en vue de guider l’élaboration de politiques concernant les parcs nationaux et d’assurer que les droits fonciers des communautés et leur utilisation des ressources sont inclus dans les projets d’aménagement du territoire en cours de développement au Gabon.

Contactez Brainforest pour plus d’informations : 

 

ONG Brainforest

Quartier Ambowé,
B.P : 23 749 Libreville
Tel : (+241) Tel : 07 97 84 25 
Email: info(at)brainforest.org
Website: http://www.brainforest-gabon.org/

 



Galerie de photos
Multi-média
Textes juridiques et politiques
Publications et rapports
© Rainforest Foundation UK