Home › République Démocratique Du Congo
République Démocratique du Congo
Tropical forest zone Logging concessions Mining permits National parks and protected areas Management of natural resources
Droits aux terres et aux ressources Inongo Kinshasa Se connecter a voir les données géoréférencées communauté

Aperçu République démocratique du Congo

Superficie: 2 344 858 km2

Population: 68,7 millions

Superficie des forêts humides: 100-128 millions d'hectares

Capitale: Kinshasa

 

Couvrant environ 120 millions d'hectares, la forêt tropicale de la République démocratique du Congo (RDC) est la deuxième plus grande au monde, représentant plus de la moitié des forêts tropicales restantes dans la région du Bassin du Congo. La zone forestière non seulement abrite une grande diversité d’espèces animales et végétales, mais elle fournit aussi des services écologiques essentiels, comptant pour 8% des stocks de carbone forestier dans le monde. Chaque hectare dégage l’équivalent de 190 000 litres de pluie dans l’atmosphère chaque année. De plus, environ 40 millions de Congolais ruraux, y compris jusqu'à 500 000 autochtones semi-nomades couramment appelés «Pygmées», dépendent au moins en partie de la forêt pour satisfaire leurs besoins alimentaires et culturels, de revenu, d'énergie, de refuge et de médicaments.

Le pays émerge de presque deux décennies d’instabilité politique et d’un conflit violent qui a entrainé l’effondrement de l’économie et une chute du revenu annuel par tête (de $380 en 1985 à $231 en 2011). Malgré une augmentation d’investissements étrangers dans un pays considéré comme l’un des plus riches au monde en termes de ressources naturelles, la RDC occupe le dernier rang sur 187 pays classés à l’indice de développement humain de 2011. 

Droits aux terres et aux ressources

Les activités de recherche et de cartographie participative réalisées par la RFUK et nos partenaires ont révélé que la plupart des forêts sont identifiées par les communautés les habitant comme des terres coutumières. Cependant, comme dans d’autres pays du bassin du Congo, les communautés n’ont toujours pas de droits légalement reconnus aux terres et aux ressources dont elles dépendent. Les efforts pour réformer la politique forestière des deux dernières décennies se sont concentrés presque exclusivement sur l’expansion des industries extractives et les zones strictement protégées. En revanche, le gouvernement n’a toujours pas approuvé les décrets nécessaires à l’entrée en vigueur de la législation en faveur de la gestion forestière communautaire du Code forestier de 2002. A défaut d’une législation complète sur les droits fonciers, la mise en œuvre efficace des forêts communautaires pourrait conférer des droits limités aux populations autochtones. 

Récemment le gouvernement et ses partenaires internationaux ont relancé un processus de zonage qui divisera le domaine forestier de la RDC en zones distinctes selon leur usage (conservation, exploitation du bois, zones communautaires etc.). Ce processus aura un impact profond sur les communautés tributaires de la forêt, leurs droits et leur capacité à tirer leur subsistance de la forêt. Un processus de zonage forestier clairement défini et réellement participatif qui tient compte des régimes fonciers coutumiers et du droit à la consultation est essentiel pour prendre en compte les intérêts des populations locales et maintenir le moratoire sur l’attribution de nouvelles concessions forestières, mis en place en 2007. La levée du moratoire risquerait de créer un climat favorable aux conflits liés aux ressources qui caractérisent les forêts du Cameroun depuis la mise en œuvre d’un exercice de zonage similaire en 1995. 

Parallèlement à cela, le pays lance un certain nombre d’autres processus de réforme foncière et forestière qui auront un impact sur les demandes de reconnaissance des droits à la terre et aux moyens de subsistance exprimées par les communautés. Ces processus comprennent, entre autres, la stratégie de Réduction des émissions dues à la déforestation et à la dégradation des forêts (REDD), des négociations entre le gouvernement et la Commission européenne en vue de conclure un accord de partenariat volontaire dans le cadre de l’initiative pour l’application des réglementations forestières, à la gouvernance et aux échanges commerciaux (FLEGT) et le processus de réforme foncière.



Partenaires et approche

La Rainforest Foundation UK est présente en RDC depuis 2002. Elle y coopère avec des organisations de la société civile afin d’assurer que les besoins des communautés locales et autochtones sont pris en compte dans les efforts de réforme foncière et forestière. Notre partenaire principal est le Réseau Ressources Naturelles (RRN), un réseau de plus de 250 ONG de défense de l’environnement et des droits de l’Homme, reparties dans les onze provinces du pays. L’objectif principal du RRN est de promouvoir une gestion rationnelle et durable des ressources naturelles en vue d’accroître leur contribution au développement économique, social et culturel des communautés locales et peuples autochtones, tout en préservant les écosystèmes et la biodiversité au profit des générations futures. Le RRN a effectué son premier exercice de cartographie participative en 2007 en vue d’aider les communautés du territoire d’Inongo à cartographier leurs ressources. Cette première mission avait pour objectif de révéler les zones où la propriété coutumière des forêts se chevauche avec les utilisations d’acteurs externes, notamment les entreprises d’exploitation forestière et les zones de conservation. Elle a servi d’exercice « test » pour guider le projet de zonage forestier national en RDC. 

Depuis cette mission, la plus grande de ce genre jamais entreprise en Afrique, le réseau a développé une expertise dans ce domaine ainsi que d’autres méthodologies cartographiques. Jusqu’en juillet 2011, le programme a formé environ 1000 cartographes communautaires, 146 facilitateurs et 21 techniciens en SIG et il a équipé 11 laboratoires de cartographie, au profit de centaines de communautés. 

Aujourd’hui les travaux de cartographie progressent dans les provinces forestières du Bandudu et de l’Equateur. GASHE et CADEM, deux membres locaux du RRN, ont entrepris des activités de cartographie participative dans les territoires de Lukulela et d’Inongo en vue de promouvoir les droits coutumiers des communautés locales. Avec l’appui de jeunes juristes basés au sein des communautés forestières sur une base permanente, le projet aide les communautés à intervenir dans les processus de zonage et de réforme foncière tout en appuyant les travaux de plaidoyer pour la création de forêts communautaires et autres questions les concernant. Les autres partenaires comprennent la Dynamique des Groupes des Peuples Autochtones (DGPA) et le Réseau pour la Conservation et la Réhabilitation des Ecosystèmes Forestiers (Réseau CREF). Pour plus d’informations veuillez contacter le Réseau Ressources Naturelles ou MappingForRights@rainforestuk.org.

Avenue du Progres n°251, Kinshasa-Barumbu
Tél. +243818148539 / +243998182145/ +243I5149158/ +243998429006
Courriel: rrnrdc@yahoo.fr / rrnrdc@vodanet.cd
Site: www.rrnrdc.org



Galerie de photos
Multi-média
Textes juridiques et politiques
Publications et rapports
© Rainforest Foundation UK